DÉBUT

AVANT-APRÈS

APRÈS-AVANT

PRESSE

ECRIRE DE DOS DIALOGUES CLANDESTINS DORMEZ-VOUS ? IL FAUT TRAVAILLER (PLUS QUE) TOUS LES JOURS JULIO ET LE GÉNIE ZOMBIES L'ÉTINCELLE DANS LE VENT ENTRETIEN AVEC JEAN-LUC NANCY (I) DANS LA CITÉ DES 3000 TRAILER VIVANT (LES ANTIGONES) RIZ AU LAIT, ODEUR DE POUDRE

Leer en castellano

QUELQUES IMAGES ET MOTS À PROPOS DE TRAILER VIVANT (NICOLAS KLOTZ, ELISABETH PERCEVAL ET SANTIAGO FILLOL, 2009), FILM-PRÉLUDE D’UN FILM À VENIR, LOW LIFE

Préface à la critique

Par Alfonso Camacho
Où est cette culture vivante, puisque vivant est le flamenco? Vers la surface des champs en constante commotion de tragédie, vers les tablados et les cafés théâtres, vers les rues solitaires des villages ruraux et vers les villes assombries, à l’heure à laquelle le flamenco tremble dans les airs comme un papillon de son. Quelle grande culture ouvre ses lèvres dans le gémissement flamenco? Naturellement sur la surface on ne retrouve pas son corps; ni son ombre, ni ses vestiges. Serait-elle une grande culture souterraine? Mais y a-t’il des cultures souterraines, enterrées vivantes, en gémissant dans la réclusion d’un tombeau?
--Blas Infante, Origen de lo flamenco y secreto del cante jondo [origine du flamenco et secret du cante jondo]
 

Dans les dernières pages de ce livre inachevé, les paragraphes, avant solides, linéales, internes, deviennent maintenant des annotations, des esquisses, des phrases déconnectées, des marges, des passages. Langage qui défaillit, le je qui se dissipe.

 
 
Enfants de la Terre, que Mars a jadis semé, en vous arrachant de la bouche vorace du dragon: ne levez-vous pas les sceptres, dans lesquels vos dextres s’appuient, et ensanglantez avec eux la tête de cet impie? Comment, si vous n’êtes pas thébain mais un parvenu, vous osez tyranniser ces jeunes?
--Sénèque, Hercules furens
 
Die Antigone des Sophokles in der hölderlinschen Übertragung für die Bühne bearbeitet von Brecht 1948 (Suhrkamp Verlag).
 
Le cinéma est construit aussi par ce désir de faire chanter l’espace, de restituer le temps y la durée sonore.
--Nicolas Klotz
 
J’ai passé toute ma vie dansant pour le sol et il ne m’a jamais répondu. Et maintenant j’en ai fait un pour moi qui me répond et fait de la musique. Et je danse la musique que le sol fait pour moi.
 
Faire que personne ne parle, comme chez Tourneur. Entonner arbitrairement. Desintegrer le son tempéré européen.
 
*
 
Race immémoriale, dont le temps qui pesait est tombé, excessif, dans le passé,
et qui pleine d’hasard n’a vécu, alors, que de son futur.
--Stéphane Mallarmé, Igitur
 
 
—Morente dit que tout en étant si moderne, vous êtes celui qui se rappelle le plus des anciens.
—J’utilise des passes de Vicente Escudero, d’El lamparilla… Souvent il semble que le flamenco commence avec Gades et El Güito. Mais Escudero dansait plus libre. Après le flamenco a été théâtralisé, la question est que les gens ne regardent pas en arrière. Ce qui est génial chez Escudero est que dans son décalogue, des commandements peuvent contredire des autres.
--Entretien avec Israel Galván
 
5 Dec. 1528. Langage et vêtement sont interdits. L’Inquisition se fait attribuer les causes pour ce concept.
 
Un tombeau pour l’oeil
 
 

1865                                                  Manet

précurseur du cinéma

arrive en Espagne

présentation                                                                            de Silverio

 

à Séville                        quand

Carmen

 

est revenue                        de Paris

a amené le cinématographe

Et elle l’a installé dans un café-théatre

1922                        Grenade

 

Nosferatu                           Nanook

 

 

Escudero

danse

après

les projections

 
*
 
Immobilité faite d’inquiétude (Bergamín). Continuité faite de discontinuité (Comolli).
 
Le sacrifice rituel, le mystère tragique, montrent avant l’œuvre d’art la véritable puissance dialectique du montage. Il faut un acte qui réunisse la cruauté d’un découpage, c’est à dire, d’une mort, et la douceur d’une danse ou d’un mouvement.
 
 
Avant de se submerger dans la terre il essaie de conjurer la chute à travers le chant et la danse, le saut désespéré qui essaie de déjouer la loi de la gravité.
--Georges Didi-Huberman
 
Je suis quelqu'un je suis celui qui appelait qui criait dans cette lumière blanche
Le désir
le mot n'est pas encore inventé
--Marguerite Duras, Les mains négatives
 
 
J’étais hors de moi, exaspéré, l’exaspération du cante jondo était la seule chose qui pût s’accorder à ma fièvre. (…) Un chanteur vint s’asseoir sur l’estrade avec un guitariste ; après quelques mesures de la guitare, il se mit à chanter... de la manière la plus éteinte. À ce moment, j’aurais eu peur qu’il chantât, comme d’autres, en me déchirant de ses cris.
--Georges Bataille, Le Bleu du ciel
 
*
 
Récupérer les gestes perdus. Sauver les images de l’oubli. Les images peuvent arriver à faire bouger le corps.
 
 
Le geste est le vide expressif qui reste dans le noyau de tout discours, l’impossibilité d’atteindre une communication pleine. Ni un moyen pour une finalité, ni une finalité en soi, sinon un « moyen pur ». La danse est inépuisable.
--Giorgio Agamben
 
 
Modèle. Beau de tous ces mouvements qu'il ne fait pas (qu'il pourrait faire)
--Robert Bresson, Notes sur le cinématographe
 
*
 
Pourquoi tu ne parles pas du film avant qu’il soit terminé? Tu es critique de cinéma. Un critique de cinéma n’est pas un journaliste.
--Jean-Luc Godard à Pauline Kael
 
 
A été sentencié Juan García
à coups de mousqueton
première nuit d’août
sans juges ni défenseur
 
Il n’était pas à cause de la peur son cri
parce qu’en pleurant il est sorti
il pleurait parce qu’il laissait
ce qu’il a laissé chez-lui
 
Ils l’ont fait sortir ligoté
et ligoté il est resté
à deux pas du chemin
et sur le chemin vers Morón
 
Comme ça est mort Juan García
de testament il n’a pas écrit
mais ce que Juan laissait
le peuple l’a ramassé
 
J’ai dit vérité
comme ce que j’ai dit était vérité
et comme la vérité faisait mal
Ils m’ont fait taire
 
--Francisco Moreno Galván, Fue sentenciao Juan García [a été sentencié Juan García]
 
 
--José Menese, Fue sentenciao Juan García [a été sentencié Juan García]. Toná et martinete.
 
 
Le cri sans voix, qui tranche sur toute parole, qui ne s'adresse à personne et que personne ne recueille (…) le cri, comme l’écriture tend à excéder tout langage (…), patience du cri, ce qui ne s’arrête pas en non-sens, tout en restant hors-sens, un sens infiniment suspendu, décrié, déchiffrable-indéchiffrable.
--Maurice Blanchot, L'écriture du désastre
 
 
Dans ce vent putride qui balaye la France Intoxiquée par le petit homme Surgi de l’Europe d’outre-tombe On entend pourtant d’autres sons D’autres réseaux séries et Connections D’autres appartenances Spectres contre Spectres (…) Gilles Deleuze a recommencé à boire Pour écrire à nouveau sur le cinéma Eustache a recommencé à tourner Pasolini Fritz Lang Jean Vigo John Ford Robert Bresson Ozu Sont à nouveau en repérages Pour filmer le monde (…) Si les vivants vivent dans le présent Qu’en est-il des fantômes ? Dans quel présent vivent-ils ? Se déplacent-ils du passé vers l’avenir ? Du futur vers le passé ? The time is out of joint Disait déjà Shakespeare Si Hitler avait eu les moyens Du libéralisme contemporain Les nazis auraient pu faire croire Aux déportés aux «musulmans» d’Auschwitz Qu’ils étaient en pleine forme.
--Nicolas Klotz, En écoutant The Eternal de Joy Division
 
*
 
Les lucioles ont-elles disparu ? Bien sûr que non.
 
 
Images: Trailer Vivant, La question humaine, Paria, Les amants réguliers, Antigone, Israel Galván: l’accent andalou, Le diable probablement, Salò o le 120 giornate di Sodoma, Les maîtres fous, Esqueletomaquia de C. González Rajel
    Un projet web développé par l'Association Lumière / A web project developed by the Association Lumière /

Un proyecto web desarrollado por la Asociación Lumière. Facebook / Twitter. Contact: presse@lowlifefilm.com