Pinche sobre las imágenes para visitar la web

 

 

 

LOWLIFEFILM.COM

Je suis à Rolle

Par Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

(Leer en castellano / Read in English)

 

Je suis à Rolle pour mixer le film que je viens de faire au Festival d’Avignon sur Mademoiselle Julie pour France Télévisions, avec François Musy.

C’est curieux, c’est ici que nous voulions mixer Low Life. Dans l’auditorium de François, où il travaille depuis trente ans avec Jean-Luc Godard. Curieux que ça soit grâce à la télévision et non au cinéma que je peux travailler ici. Nous avons essayé pendant des mois. Impossible. Les contraintes administratives font que c’est impossible, même si ce choix, celui du mixeur, de l’auditorium, détermine tout l’univers sonore du film. Même pour un film qui ne paye pas de mine avec son financement de 1.350.000 euros. Quand on voit l’intelligence et la clarté artisanale de cet auditorium, les conditions d’écoute et de travail, sa vie quotidienne, ses archives, installés dans ce qui était le garage du bureau de Godard, on sent que l’Histoire du Cinéma est encore très vivace. Et qu’il faut des lieux pour ça, des murs dans lesquels on peut travailler. Quatre murs, ce n’est pas toujours une prison. Quatre murs, ça peut être une salle de cinéma, une chambre dans laquelle on va tourner, ou un site internet abritant un film. Le pari que nous faisons, celui qu’il faut faire, pas seulement pour l’avenir du cinéma, mais pour l’avenir tout court, c’est d’affirmer que l’écriture est plus forte que ce qui éteint l’écriture. L´Association Lumière, qui a conçu et réalisé ce site, est une revue électronique naissante. Ils sont une vingtaine de jeunes gens, vivant à Barcelone, Séville, Paris… nous ne les connaissons pas tous. Nous avons rencontrés quelques uns, dans des salles de projection puis dans des cafés à Barcelone. Ils nous ont donné un tirage papier du numéro qui venait de sortir - Internacional Godard. 140 pages. Sans financement. L’écriture est plus forte que ce qui éteint l’écriture. Une des questions au cœur de leur travail est celle de la cinéphilie, depuis leur génération. Que faire avec la cinéphilie ? C’est une question à laquelle beaucoup de personnes au-dessus de 50 ans ont répondu, souvent assez tristement. Ce travail électronique, entremêle des textes, des films, des entretiens, des archives, des musiques. L’idée est de créer quatre murs entre lesquelles il est possible d’expérimenter directement, organiquement, les matériaux au travail dans Low Life.

Un site qui prolonge, avec d’autres, le travail de cinéma que nous faisons depuis une dizaine d’années maintenant. Ce n’est pas un site directement promotionnel, bien qu’il aura également indirectement cette fonction-là. Nous avons décidé de fonder ce site lorsque Low Life a été sélectionné par le Festival de Locarno. Nous retrouvant alors sans dossier de presse, sans affiches, sans supports pour la presse et le public, lors d’un voyage à Barcelone, dialoguant avec les Lumières nous avons discuté de la possibilité d’inventer quelque chose de nouveau.

On pourrait dire que cette sélection est son acte fondateur. Une deuxième étape est prévue après Locarno, en trois langues - français, espagnol et anglais - jusqu’à la sortie nationale et internationale du film. C’est donc un pari fort que nous faisons avec Lumière. Ce qui se passait hier dans les salles de cinéma, les cafés, les revues, se passe aujourd’hui sur internet. Avec ce travail, Lumière est en train d’inventer un nouvel horizon au cinéma.

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

Juillet 2011

Entidad creada en abril de 2011. Desarrolla proyectos de edición, comunicación y difusión de obras cinematográficas.
Quiénes somos. Facebook / Twitter. Contacto: contacto@elumiere.net